la Savate, selon Michel dit Pisseux

Date : Mercredi 03 décembre 2008 @ 18:42:02 :: Sujet : Historique

L'origine de la Savate

C'est Michel dit Pisseux (1794-1869), qui a travers un ouvrage de 52 pages écrit par un de ses élèves nous donne un premier aperçu de l'histoire de la Savate et de la Canne (Théorie datée au environ de 1842 par Joseph Charlemont et vendu 1.25 Fr de l'époque).
Maître de danse, entrepreneur de tournées, roulées, suées, brulées, trempées, tripotées, tient magasin de gifles, calottes, gnions, tornioles et poche oeil (bon teint), tient tour de reins, coups de triques et coups de pieds n'importe où, renfoncements soignés."

C'est la terrible réclame lithographique affichée sur un mur du fond de sa salle


Après une première partie vantant les bienfaits du sport et de l'exercice physique, l'auteur tente de nous expliquer en quelques pages l'origine de la Savate et de la Canne, puis passe en revue les différents professeurs de l' époque (voir les "Anciens professeurs") en y adjoignant quelques anecdotes pour confirmer la véracité de ses dires.

On notera au passage que cet historique a été partiellement repris par Joseph Charlemont dans "L'Art de la Boxe Française et de la Canne" (Paris - 1899, pages 30 à 35).

Vient ensuite la Théorie proprement dit sur l'enseignement de la Savate avec les différents coups pratiqués (pieds et poings), suivi d'une progression technique en 15 leçons, permettant a un élève de progresser dans l'acquisition de la savate, de l'apprentissage à la maitrise, de l'assaut au combat réel, en situation d'attaquant et de défenseur.

Chaque nouvelle leçon ne pouvant être exécutée qu'après une parfaite maitrise de la précédente (chaque division est une série d'enchainements)

Suivant la Théorie, les coups peuvent être portés en ligne basse, médiane ou poitrine, les mains sont toujours fermées (utilisation des poings et non des mains ouvertes) et en position de garde (protection).

Enfin, dans la dernière partie de la théorie, l'auteur s'attache particulièrement sur la façon de contrer les tireurs au "jeu haut" (coups de pieds figure) grâce à des parades simples et efficaces.

La Savate telle qu'elle était enseignée par Michel dit Pisseux:

Extrait de: Théorie pratique sur l' Art de la Savate et de la Canne
Par un Amateur, Élève de Michel dit Pisseux
Page 25 & suivantes.

Extrait de quelques coups usités en Savate d'après la Théorie


  • Le coup de pied d' attaque
  • Feintes de coups de pied
  • Coup de pied en dedans et en dehors
  • Coup de pied en tournant et la parade
  • Le rond de jambe
  • Coups d' arrêt
  • Passement de jambe et contre-passement
  • Parades bloquées, chassés ou par opposition
  • La garde et la protection, placement et décalage
  • Armés et développements des coups
  • Parades des coups de pieds hauts
  • Coups de poings, leurs parades et esquives, transferts d'appuis
  • Etc.



  • On voit à la lecture intégrale de cette Théorie, que la Savate telle que l'enseignait Michel dit Pisseux était un véritable art pugilistique pieds-poings, loin de l'image vieillotte et simpliste que Joseph Charlemont a bien voulu donner d'elle.

    On notera que ni le fameux "coup de la musette", ni les "enfourchements" , ni les coups données "mains ouvertes" ou "mains plates", ni le coup de poing "ongles au dessus avec fente avant" ( cf J. Charlemont), ni les coups de genoux ne sont cités dans la Théorie. Aucun "temps de lutte" n' est également décrit.


    © Savate Story 2009 - 2010







    Cet article provient de Savate Story

    L'URL pour cet article est : http://www.savatestory.com/article.php?sid=12